Les aides
 

Accueil Remonter

Accueil
Remonter

Il existe de nombreuses aides pour les malvoyants. En bénéficier n'est pas chose facile. C'est un véritable parcours du combattant. Lors de la découverte de son handicap, on n'y pense pas forcément tout de suite et avec les différents besoins en matériel, transport, aides médicales : le budget explose ! Voici un petit guide des aides pour mieux comprendre ce casse-tête.

Un malvoyant peut bénéficier de plusieurs types d'aides. Nous allons ici essayer de vous guider clairement dans ce dédale qu'elles représentent.

Les différents types d'aides pour malvoyant.

Aide financière à l'acquisition de matériel ou logiciel de basse vision : certains pensent que le matériel technique pour malvoyant est considéré comme un confort et donc qu'ils ne pourront pas bénéficier de ces aides. Détrompez-vous ! C'est bien une nécessité et ces aides sont faites pour ça. Avec ces aides, vous pourrez faire l'acquisition d'aides différentes comme des : loupes, loupes électroniques, télé agrandisseurs, logiciels d'agrandissement, téléphone pour malvoyant, etc).

Aide à la formation informatique.

Aide humaine pour les actes essentiels ou la surveillance à domicile.

Aide aux déplacements.

Aide à l'apprentissage de son environnement.

Accès aux loisirs.

Accès à l'organisation de la vie quotidienne.

Accès au logement.

Accès aux alternatives à la vie à domicile.

Accès aux procédures juridiques.

Ce n'est pas un confort, mais bien une nécessité d'acquérir ces aides techniques visuelles.

Les procédures et questions à se poser.

Quel est le périmètre de prise en charge ?

Quelles sont les conditions pour une prise en charge ?

Faut-il être déclaré officiellement handicapé visuel ?

Quelles aides techniques sont prises en charge ?

A qui faire appel pour nous aider à réaliser le dossier de prise en charge ?

Quels sont les délais de remboursement du matériel ?

Les critères d'égibilité à une aide pour malvoyant.

Votre âge.

Le premier critère déterminant est l'âge, pour savoir à quels organismes s'adresser.

On distingue 5 catégories d'âge pour la prise en charge d'un malvoyant :

Les moins de 16 ans : bénéficient de l'Allocation d'éducation de l'enfant handicapé (AEEH).

Les jeunes de 16 à 20 ans : peuvent s'adresser à la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées). Les lycéens et étudiants dans le secteur public peuvent aussi obtenir des financements auprès des Services sociaux de santé scolaire et action sociale des universités.

Les moins de 60 ans : peuvent également s'adresser à la MDPH. Si vous êtes salariés, vous pouvez obtenir des aides à l'aménagement de poste de travail et au maintien dans l'emploi auprès des services Sociaux d'entreprises. Pour cela, il faut se rapprocher du service des ressources humaines ou de la médecine du travail. Les aides sont généralement octroyées par l'AGEFIHP (pour le secteur privé), le Fiphfp (pour le secteur public) ou éventuellement par le comité d'entreprise.

Les plus de 60 ans : Attention car cet âge est charnière pour les aides ! Essayez au maximum de faire reconnaître votre handicap avant cet âge-là, car vous serait considéré différemment par la suite. A 60 ans, vous êtes éligible aux aides de la MDPH mais ces aides sont fonction des revenus, à moins que la situation de handicap ait déjà été reconnue avant l'âge de 60 ans. Cette exception est limitée toutefois à l'âge de 75 ans.

Votre localisation.

La prise en charge des organismes est différente en fonction des aides proposées. Selon le lieu de résidence et son département, la formation du malvoyant est difficile voir impossible à faire prendre en charge.

Il en est de même pour l'aide aux déplacements et à l'apprentissage de son environnement, qui sont majoritairement réalisés par des associations de malvoyants et non-voyants. Ces associations font un magnifique travail en comblant souvent des besoins que personne d'autre ne propose aux malvoyants et non-voyants. Elles proposent par exemple des loisirs pour malvoyants ou des formations informatiques.

Les organismes d'aides au malvoyant.

La MDPH : le point d'entrée.

MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) : c'est le guichet unique pour l'ensemble des handicapés visuels et autres. Sa mission est de les informer, les orienter et les accompagner dans leur démarche.

La MDPH est votre point d'entrée vers tous les différents organismes de protection sociale (CAF, Caisse d'allocation Maladie) et des services de l'État.

La MDPH décide et reconnaît ou non les droits d'une personne handicapée lors d'une commission unique. C'est cette commission (CDAPH) qui va décider de l'orientation des personnes handicapées et de l'attribution des aides et prestations :

Carte de mobilité (anciennement carte d'invalidité).

Carte de stationnement.

Carte de priorité.

Carte de travailleur handicapé.

La prestation de compensation du handicap (PCH) pour le financement des aides techniques.

Schéma du dérolement d'une demande à la MDPH

Où trouver la MDPH ?

On trouve des MDPH dans chaque département.

https://www.aude.fr/la-maison-departementale-des-personnes-handicapees-de-laude

https://www.aude.fr/personnes-handicapees-faites-une-demande-prestation-en-ligne

AEEH (Allocation d'éducation de l'enfant handicapé) : est destinée à soutenir les personnes qui assurent la charge d'un enfant en situation de handicap. L'AEEH n'est pas soumise à condition de ressources. Si le handicap nécessite des dépenses coûteuses ou le recours à une tierce personne, un complément d'allocation peut être accordé.

Services Sociaux de santé scolaire et action sociale des universités : Des dispositions existent pour la scolarisation des enfants handicapés. Ils peuvent, sous certaines conditions, être scolarisés soit dans une classe ordinaire, soit dans une classe d'intégration scolaire : ils bénéficient d'un projet personnalisé de scolarité (PPS) élaboré avec l'enseignant référent. Des aménagements des conditions d'examens peuvent être envisagés, sur demande spécifique de l'élève et selon la procédure communiquée par le chef d'établissement.

Les Services Sociaux et les comités d'entreprises : Le service social devrait être présent dans les entreprises employant 250 salariés et plus. Il a différents domaines d'intervention comme : le logement, la santé, le budget, les gardes d'enfants, les difficultés familiales et personnelles de tous ordres.

AGEFIHP (ASSOCIATION DE GESTION DU FONDS POUR L'INSERTION DES PERSONNES HANDICAPÉES) : est un organisme paritaire français institué par la loi du 10 juillet 1987 pour favoriser l'insertion professionnelle et le maintien dans l'emploi des personnes handicapées dans les entreprises du secteur privé.

FIPHFP FONDS POUR L'INSERTION DES PERSONNES HANDICAPÉES DANS LA FONCTION PUBLIQUE : Le fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP) a été créé par l'article 36 de la loi du 11 février 2005. Il a pour mission de "favoriser l'insertion professionnelle des personnes handicapées au sein des trois fonctions publiques, ainsi que la formation et l'information des agents en prise avec elles".

Pour les aides à domicile et aux loisirs vous pouvez vous adresser aux services de la mairie de votre commune :

CCAS (CENTRE COMMUNAL D'ACTION SOCIALE) : Il intervient dans trois domaines :

L'aide sociale légale qui, de par la loi, est sa seule attribution obligatoire.

L'aide sociale facultative et l'action sociale, matières pour lesquelles il dispose d'une grande liberté d'intervention et pour lesquelles il met en oeuvre la politique sociale déterminée par les élus locaux.

L'animation des activités sociales.

CLIC (CENTRES LOCAUX D'INFORMATION ET DE COORDINATION EN GÉRONTOLOGIE) :  Les CLIC sont des guichets uniques d'information, d'évaluation et d'accompagnement social dédiés aux personnes âgées, à leur entourage et aux professionnels.

Pour les aides techniques et matériels de basse vision et l'aide au maintien à domicile vous pouvez aussi vous adresser :

Aux mutuelles.

Aux caisses de prévoyances,

Aux caisses de retraites.

Pour les pertes d'autonomie importantes : L'APA (ALLOCATION PERSONNALISÉE D'AUTONOMIE) via le Conseil Départemental. Sous conditions d'âge et de dépendance.

MONTANTS REMBOURSÉS.

Les budgets sont limités et les remboursements obtenus ne couvrent pas toujours l'ensemble des besoins. Ces remboursements dépendent :

De plusieurs barèmes pour les moins de 60 ans.

D'un argumentaire établi par un ergothérapeute.

Des revenus pour les plus de 60 ans.

DÉLAIS DE REMBOURSEMENT.

Après le dépôt du dossier et son acceptation, cela peut prendre DE 3 MOIS À UN AN SELON LES DÉPARTEMENTS ! On vous recommandera d'attendre cette obtention avant d'acheter du matériel de basse vision. Fournissez d'abord les devis et attendez l'accord de l'organisme en question.

Si la personne fait des acquisitions, même de petits matériels, avant le passage en commission, il ne pourra pas y avoir d'aides financières.

Accueil

 

Accueil | Remonter | Social | Fiches pratiques | Accessibilité | Louis Braille | Galerie photo | Pourquoi faire un don

La dernière mise à jour de ce site date du 09/09/20.

Les questions ou problèmes relatifs à ce site Web sont à adresser à adva11@sfr.fr
Copyright © 2012 A.D.V.A. Tous droits réservés.